L’arrache-mots

L’arrache-mots de Judith Bouilloc à paraître le 22 mai 2019 aux éditions Hachette romans, 202 pages

arrache mots.png

Résumé :

« La phrase s’écoula de ses lèvres lentement, intelligiblement. Les enfants retinrent leur souffle. Au cœur de la bibliothèque de Pergame, la magie opéra encore une fois. Les caractères se décollèrent de la page en tremblotant, ils virevoltèrent sous le nez de la jeune femme avant de dessiner quatre silhouettes distinctes. Les gamins pouvaient reconnaître le marchand d’habits accoutré d’un magnifique pourpoint, et ses trois filles, dont l’une était vêtue avec moins de fanfreluches que les autres… c’était la Belle. »

La jeune Iliade a un don merveilleux : le pouvoir de donner vie aux mots et aux histoires. Ce don fait d’elle la bibliothécaire la plus célèbre de tout le royaume d’Esmérie. Le matin où elle reçoit une demande en mariage presque anonyme, elle n’est sûre que d’une chose : son prétendant est un membre de la famille royale ! Bien décidée à comprendre qui s’intéresse à elle et surtout, pourquoi cette personne lui propose un contrat de mariage si avantageux, Iliade se rend dans la capitale. Là-bas, elle découvre les fastes de la cour… et la froideur de son fiancé. Pourtant, elle finit par s’attacher et à lui et se retrouve, bien malgré elle, propulsée au cœur d’intrigues et de complots auxquels rien ne la préparait.

Mon avis :

Je sors enchantée de ma lecture. Iliade est arrache-mots, c’est-à-dire qu’elle donne vie à ce qu’elle lit. J’avais déjà lu une histoire de ce style-là (Coeur d’encre). J’étais curieuse de voir comment l’intrigue allait tourner. Je ne suis pas du tout déçue.

Iliade reçoit une proposition de mariage, sous forme de contrat mais aucun indice sur son futur hormis « lord Tardyn ». Curieuse de nature, elle accepte de suivre le messager afin de se rendre sur place et de découvrir son futur époux. Rien ne l’oblige à accepter et elle pourra faire son choix au dernier moment. La voilà donc partie pour la capitale, où elle retrouvera sa soeur aînée partie faire des études de droit. Accompagnée de sa grand-mère, un personnage flamboyant, elle s’installe au château. Elle rencontre la reine, le roi, le prince, les suivantes, ….. et découvre la vie à la cour. Elle ne délaisse pas pour autant son activité principale qui est la lecture (de toute façon il était spécifié qu’elle deviendrait conteuse de la reine). Et puis, au détour d’une allée dans le jardin suspendu, elle le rencontre enfin ! enfin elle découvre les traits de son futur époux. Mais la rencontre n’est absolument pas concluante, et le pauvre reçoit comme cadeau un livre au milieu du visage. Heureusement, la situation va s’apaiser grâce à d’autres personnages.

Côté cœur, Iliade a vu son futur époux et est décidée à ne pas l’épouser, mais ce n’est pas là son plus grand souci pour le moment. Le roi va mal, il ne lui reste pas beaucoup de temps avant de mourir et s’il a décidé de faire venir Iliade c’est dans le but de sauver le royaume d’Esmerie : il ne faut pas que le prince devienne roi avec les privilèges actuels car le peuple court à sa perte. Iliade a été choisie pour sauver le royaume, grâce à son pouvoir d’arrache-mots, elle peut sauver le royaume. On nous présente Iliade comme une simple bibliothécaire capable de faire vivre les histoires qu’elle lit, comment pourrait-elle sauver un royaume tout entier ?

Ce roman est aussi une façon de mettre en scène l’abus de pouvoir, la façon dont on peut passer d’une monarchie à un régime totalitaire.

L’intrigue est très prenante : va-t-elle se marier ? va-t-elle sauver le royaume ? quel est le secret de Lord Tardyn ? …. il y a énormément de questions qui apparaissent et qui nous poussent à la lecture !

Les livres dans les livres :

Ce roman est rempli de référence à d’autres oeuvres, ainsi on croise

  • Le portrait de Dorian Grey
  • La Fontaine et ses fables
  • Ronsard et Du Bellay
  • L’Odyssée (en même temps Homère était obligé d’être présent vu le prénom de l’héroïne)
  • Les voyages de Gulliver de Swift
  • Baudelaire, Les paradis artificiels et Les fleurs du mal
  • La correspondance de Mme de Sévigné
  • La belle et la bête de Mme de Baumont
  • Hamlet de Shakespeare
  • Racine avec Bérénice, Phèdre et Les plaideurs
  • Molière : Le misanthrope et Don Juan
  • Hugo : Les châtiments, Les contemplations et L’art d’être grand-père
  • Tchekov, Une femme sans préjugés
  • Les contes de Grimm et de Perrault
  • L’enfer de DAnte
  • Oedipe roi de Sophocle
  • La république de Platon
  • Le prince de Machiavel
  • Le contrat social de Rousseau
  • Tristan et Iseult, Béroul

De belles références variées, je ne l’ai pas tous lues mais les connaitre permet de mieux comprendre certains petits détails de l’histoire.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s