La librairie des rêves suspendus

La librairie des rêves suspendus de Emily Blaine aux éditions Harlequin, sortie prévue le 5 juin 2019, 324 pages

blaine

Merci Netgalley de me le faire découvrir avant sa sortie

Résumé :

Sarah, libraire dans un petit village de Charente, peine à joindre les deux bouts. Entre la plomberie capricieuse de l’immeuble, les murs décrépis et son incapacité notoire à résister à l’envie d’acheter tous les livres d’occasion qui lui tombent sous la main, ses finances sont au plus mal. Alors, quand un ami lui propose un arrangement pour le moins surprenant mais très rémunérateur, elle hésite à peine avant d’accepter. C’est entendu : elle hébergera Maxime Maréchal, acteur aussi célèbre pour ses rôles de bad boy que pour ses incartades avec la justice, afin qu’il effectue en toute discrétion ses travaux d’intérêt général dans la librairie. Si l’acteur peut survivre à un exil en province et des missions de bricolage, elle devrait être capable d’accueillir un être vivant dans son monde d’encre et de papier…  Une rencontre émouvante entre deux êtres que tout oppose mais unis par un même désir : celui de vivre leurs rêves.

Mon avis :

Tout d’abord, je trouve la couverture très jolie et tous les titres où il est question de « livres » me font envie, je suis toujours curieuse de voir comment les auteurs traitent ce sujet dont ils sont si proches.

Je l’ai lu d’une traite. La romance n’est pas mon genre de prédilection, je trouve que dès le début on sait que la fille va finir avec le bad boy de l’histoire (c’est très rare que ça ne se déroule pas comme ça), du coup il faut que l’histoire soit bien écrite et l’intrigue riche en rebondissement pour qu’il y ait de l’intérêt à la lecture. Ici c’est le cas. Dès le début on pressent que l’héroïne va finir avec le bel acteur connu.

Nous suivons le récit en double narration de Sarah et Maxime : Sarah libraire en Charente, a repris le flambeau dans la librairie de sa grand-mère ; et Maxime, acteur à grand succès mais un peu trop violent. Leurs destins vont se croiser quand Maxime sera arrêté pour violence sur la voie publique et condamné à des travaux d’intérêt général dans la librairie de Sarah, qui devra pour l’occasion l’héberger toute la durée de sa peine, c’est-à-dire deux mois, dans sa librairie-maison remplie de livres dans presque tous les recoins. Ni l’un ni l’autre ne sont aux anges de devoir cohabiter : elle, parce qu’elle est plutôt du côté de la peur au début, lui parce que la Charente est le pays de son enfance et qu’il a tout fait pour s’en éloigner.

Sarah est de caractère plutôt joyeux mais d’une timidité presque maladive dans certaines situations, l’inverse de Maxime, acteur donc à l’aise. Elle montre toujours la volonté d’arranger les choses quand ça va mal, lui c’est l’inverse, il cherche à se mettre dans des situations qui vont dégénérer mais c’est parce qu’il cache un secret, un secret qu’on pourrait dire indigne de son métier. Elle est totalement gauche en amour, lui enchaîne les conquêtes d’un soir. 

L’acteur connu débarque chez cette pauvre libraire qui vient juste d’éponger un dégât des eaux. Entre eux, la relation est tendue puisque lui n’a aucunement envie d’être là et elle, elle a les idées ailleurs mais reste cependant accueillante et sympathique. Les deux caractères opposés vont avoir du mal à se comprendre.

Au fil de leur histoire, on va croiser des personnages qui redonnent foi et confiance, il ne me semble pas me souvenir d’un seul personnage vraiment méchant ou mauvais, ils ont tous des bons côtés (et ça fait du bien d’avoir une histoire avec que du positif). 

Il y a plusieurs épisodes auxquels on s’attend et qui arrivent, mais d’autres épisodes m’ont surprise, fait rire et même verser quelques larmes, car la vie n’est pas toujours rose (et les drames arrivent toujours au moment où tout semble se résoudre).

Quelques citations qui m’ont plu :

Lire est une sainte addiction

 

Ma vie c’était cette librairie. Je pensais aux livres à chaque moment de la journée … et j’en parlais. Même aux hommes qui étaient susceptibles de me plaire et cela me transformait invariablement en bonnet de nuit, gauche et insipide.

 

Il faut que je vérifie l’état général, la couverture. Tu sais qu’il y a des personnes cruelles qui cornent les pages des livres ?

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s